Implication comité d’urgence 1er juillet

Le comité logement impliqué depuis le début dans ce beau projet

Logement social

https://www.journalsaint-francois.ca/de-nouveaux-logements-sociaux-accessibles-a-valleyfield/

Le phare éclaire la vie des
familles monoparentales depuis 10 ans

Les portes du PHARE sont ouvertes aux familles monoparentales de Salaberry-de-Valleyfield. On retrouve sur la photo, de gauche à droite, Shaney Cathy Michaud, résidente, Audrée Bourdeau, de l’organisme Pour un réseau actif dans nos quartiers et Cathy Grenon, directrice générale de l’Office Municipal d’Habitation.

Les résidentes et la direction des Habitations LE PHARE célébraient le jeudi 8 septembre le 10e anniversaire des 13 unités de logement dédiées aux familles monoparentales qui veulent amorcer ou qui ont déjà commencé un projet de vie.

Que ce soit pour effectuer un retour aux études ou au travail, les locataires de l’immeuble situé sur la rue Hébert à Salaberry-de-Valleyfield reçoivent des services sociaux permettant la réussite de leur projet. De plus, comme le coût de location du loyer est minime, cela permet de contrer l’appauvrissement souvent démotivant à un projet de vie.

«Chaque locataire a le privilège d’habiter et de profiter de plusieurs services durant une période de 5 ans, explique Cathy Grenon, directrice générale de l’Office Municipal d’Habitation. Tout au long de son séjour, chacun des locataires recevra un suivi, 3 fois par année, afin d’évaluer leurs progrès et de pouvoir les orienter vers des ressources, services ou piste de solution.»

Un passage aux Habitations LE PHARE peut faire toute la différence. Shaney Cathy Michaud en sait quelque chose. La dame de 40 ans, mère de quatre enfants, s’était fixé comme objectif de retourner aux études afin de s’assurer un avenir professionnel. Celle qui a complété un certificat de gestion de travail de bureau est maintenant à mi-chemin d’un baccalauréat en ressource humaine.

«Ici, j’ai appris à apprendre, mentionne Mme Michaud. Désormais, je sais que c’est possible. Si habiter au PHARE pendant cinq ans peut paraître long, je peux confirmer que ça va très vite. Nous sommes toutes différentes, mais nous avons toutes le même but, celui d’atteindre notre objectif.»

À ce jour, 50 femmes monoparentales et 77 enfants ont eu accès à un logement et aux services du PHARE. Pour plusieurs familles, leur passage fut bénéfique et leur a permis un retour aux études ou sur le marché du travail. «C’est une prise de pouvoir sur notre vie et le développement d’un réseau social, ajoute Shaney Cathy Michaud. Ce logement ne change pas seulement la vie des familles, mais également les organismes partenaires, en permettant à chacun d’apprendre les uns des autres.»

Implications

Revendications.

Manifestation Nationale du 24 avril 2016

Manifestation "L'austérité: une histoire d'horreur"

Mobilisation monstre le 31 octobre dernier, entre 40 000 et 50 000 personnes y ont participé dont le Comité logement de Valleyfield.

MEMBRE DU RCLALQ

Nous sommes membre actif du RCLALQ, le regroupement des comités logement et association de locataires du Québec.

Pour plus d’information…

MANIFESTATION "STOPPONS LES HAUSSES"

Manifestation «Stoppons les hausses«

Journée des locataires

Date: le 24 avril 2014

Revendications au cours des derniers mois

Allocation logement LE SOLEIL DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD • 7 SEPTEMBRE 2013
Code du logement LE SOLEIL DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD • 21 DÉCEMBRE 2013
Gare aux punaises LE SOLEIL DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD • 12 JUIN 2013
Hébergement jeunesse LE SOLEIL DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD • 1 MARS 2014

Code du logement

Une habitation doit, en tout temps, être maintenue dans un bon état de salubrité; les travaux d’entretien et de réparation requis pour conserver ce bon état de salubrité doivent être exécutés dans les meilleurs délais.

Les causes d’insalubrité qui doivent être supprimées, sont les suivantes :

  • 1° la malpropreté, la détérioration ou l’encombrement des lieux;
  • 2° la présence d’animaux morts;
  • 3° la présence, l’entreposage ou l’utilisation de produits ou de matières qui dégagent une odeur nauséabonde ou une vapeur toxique;
  • 4° l’accumulation d’ordures ménagères, de déchets ou de matières recyclables, ailleurs que dans des récipients ou, à l’intérieur du bâtiment, dans un local non prévu à cette fin;
  • 5° l’encombrement d’un moyen d’évacuation;
  • 6° la présence d’un obstacle empêchant la fermeture et l’enclenchement d’une porte dans une séparation coupe-feu exigée;
  • 7° la présence de glace ou de condensation sur une surface intérieure d’un bâtiment autre qu’une fenêtre;
  • 8° la présence d’accumulation d’eau ou d’humidité causant une dégradation de la structure des matériaux ou des finis ou la présence de moisissure;
  • 9° l’amas de débris, de matériaux, de matières décomposées ou putréfiées, d’excréments ou d’autres sources de malpropreté;
  • 10° la présence de vermine, de rongeurs ou d’insectes ainsi qu’une condition qui favorise leur prolifération;
  • 11° la dégradation d’un élément de la structure, de l’isolation ou des finis affecté par une infiltration d’eau ou par un incendie.

Ceci constitue un minimum afin d’assurer la santé et la sécurité de nos familles.

À Salaberry-de-Valleyfield il n’y a pas de code de logement, avec un code du logement, les locataires auraient un recours rapide et simple auprès de leur municipalité et de ses inspecteurs pour obtenir une solution à leur problème. Il faut remettre le parc locatif aux normes dès maintenant et miser sur son entretien, voilà pourquoi le Comité logement de Valleyfield demande l’adoption immédiate d’un code du logement. L’année 2014-2015 en sera une de revendication auprès de la municipalité de Salaberry-de-Valleyfield.